Ses Priorités

Claude Turmes est un des pionniers de la lutte contre le changement climatique au Luxembourg. Il primait déjà la politique de l'énergie et de l'environnement avant son entrée au Parlement européen, lorsqu’il était engagé auprès du "Mouvement écologique" au Luxembourg.

Dans sa fonction d'eurodéputé, il reste profondément ancré dans ce domaine. En 2002, il a attiré l'attention en tant que rapporteur du Parlement européen de la directive sur la libéralisation du marché de l'électricité (par son travail il est parvenu entre autres à promouvoir l'électricité verte). Au début de l'année 2008, il a été nommé rapporteur de la directive sur la promotion des énergies renouvelables, élément-clé de la stratégie de l'Union européenne contre le changement climatique. En 2011 il est devenu rapporteur de la directive sur l’efficacité énergétique.

La page web de Claude Turmes sur le site des Verts au Parlement européen

Le changement climatique et la politique de l'énergie et de l'environnement sont ainsi au centre des activités du bureau européen de « déi gréng » qui fonctionne avec trois collaborateurs permanents à Bruxelles. Ce domaine est d'une importance capitale pour le développement de notre société et touche aussi la politique économique, sociale et étrangère.

Ainsi l'eurodéputé de « déi gréng » se consacre aux questions de la sécurité de l'approvisionnement énergétique, de l'éco-innovation, du contrôle des oligopoles comme EDF et RWE, de la promotion des énergies renouvelables ou des voitures moins polluantes.

La politique des finances entre aussi de plus en plus en ligne de mire : Claude Turmes a été rapporteur au Parlement européen pour le Fonds GEEREF, qui va aider les pays en développement et les pays en transition dans le développement des énergies renouvelables. Ce fonds est établi à Luxembourg et va donner un nouveau créneau à la place financière.
 

A côté de l'énergie et l'environnement Claude Turmes se consacre aussi à la politique sociale, la protection des consommateurs, le combat contre les organismes génétiquement modifiés, la protection des animaux et une politique de mobilité douce européenne. Il s'investit aussi dans le domaine du contrôle des lobbys européens, un sujet qui lui tient à cœur.

Le contact avec le Luxembourg reste très important : beaucoup de dossiers sont abordés ensemble avec le groupe parlementaire « déi gréng », l'échange avec les ONG luxembourgeoises est fréquent et nombre de groupe de visiteurs luxembourgeois sont invités à Bruxelles et Strasbourg.

Haut de page